Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/epigest/www/config/ecran_securite.php on line 337
Quid de la recherche clinique et des pôles ? - source APM
Accueil - DOCUMENTATION - Actualités
Nouvelle organisation à l’hôpital

Quid de la recherche clinique et des pôles ? - source APM

Le CHU de Nantes innove avec l’Institut du thorax
Publié le lundi 4 février 2008.


TITRE : Organisation des CHU en pôles : ne pas oublier la composante universitaire

PARIS, 17 janvier 2008 (APM) - L’organisation en pôles des centres hospitaliers universitaires (CHU) s’est faite dans un objectif d’organisation des soins et a "oublié" la partie universitaire de recherche et enseignement, et il est souhaitable d’intégrer également ces activités, estime un chef de pôle.

Le Pr Hervé Le Marec, chef du pôle Thoracique et cardiovasculaire (TCV) du CHU de Nantes, a évoqué cette question jeudi lors d’une session des journées européennes de la Société française de cardiologie (SFC) à Paris, qui portait notamment sur la création de pôles cliniques cardiologiques.

Le CHU de Nantes a été précurseur puisque dès 1997, trois pôles expérimentaux avaient été créés, dont le pôle TCV, et en 2000 l’ensemble des services se sont organisés en pôles, soit plusieurs années avant que cette organisation ne soit imposée à tous les hôpitaux.

Le pôle TCV regroupe six services : cardiologie, chirurgie thoracique et cardiovasculaire, pneumologie, hémodynamique, chirurgie vasculaire et endocrinologie.

Fort de cette expérience de plusieurs années, Hervé Le Marec a noté un certain nombre de "points positifs" de l’organisation en pôles : "moins de fragmentation de l’établissement en services hyper-spécialisés, un meilleur pilotage", des "efforts de gestion et d’organisation", une "évolution du management", qui devient plus stratégique, plus axé sur des projets, plus participatif, l’appropriation d’une logique contractuelle...

Mais il y a aussi des "points négatifs". Il note en particulier une "bunkerisation" : si à l’intérieur des pôles il y a plus de coordination, "les gens s’isolent dans leurs pôles" et cela recrée un cloisonnement. Par ailleurs, le pôle "déstabilise la fonction de chef de service et il y a un gros travail de redéfinition de leur rôle à faire". De plus, la "gestion de proximité" instituée par l’organisation en pôles reste "la chose de quelques initiés" et il faut arriver à diffuser largement cette nouvelle culture de gestion.

Et "un problème majeur", pour les CHU, est que ces pôles sont "une organisation hospitalière. On a oublié l’élément universitaire du CHU".

C’est pourquoi à Nantes a été créé en 2004 l’Institut du thorax, qui en se superposant au pôle TCV, "assure une continuité entre la recherche fondamentale, la recherche clinique et les soins".

Cette structure à la triple tutelle (Inserm, université, CHU) s’est dotée d’un directoire, d’un conseil de gestion et d’un conseil scientifique et est organisé en "trois couches" : les services de recherche préclinique, ceux de recherche clinique, dont un centre d’investigation clinique (CIC) et les six services hospitaliers.

A RENNES, LE POLE CARDIO RAPPORTE 2 FOIS PLUS QU’IL NE COUTE

Lors de cette session, le Pr Jean-Claude Daubert du CHU de Rennes a évoqué la mise en place du pôle cardiologique de cet établissement, qui est beaucoup plus récent puisque les pôles ont été créés en application de la loi.

Ce pôle regroupe quatre services : cardiologie et maladies vasculaires, chirurgie cardiothoracique et vasculaire, endocrinologie-diabétologie-nutrition, pneumologie.

En préalable à l’organisation du pôle, ses responsables ont fait un bilan de la situation et ont pu constater que dans le cadre da T2A, la cardiologie rapporte beaucoup plus qu’elle ne coûte à hôpital.

En effet, ce pôle qui compte 9% des médecins et 9% des personnels non médicaux (en équivalent-temps plein) du CHU et qui coûte 10% des dépenses de l’établissement, a une valorisation dans la T2A qui représente 22% de la valorisation de l’activité du CHU.

"C’est une structure très particulière en termes de budget" qui donne "une certaine force".
"Tous les pôles cardiologiques en ont conscience", souligne le Pr Daubert, tout en reconnaissant qu’il y a un "devoir de solidarité à l’intérieur de l’établissement".

Le Pr Daubert a par ailleurs souligné lui aussi la nécessité d’"intégrer l’enseignement et la recherche" dans le pôle. S’il n’y a pas eu à Rennes de création d’un institut, dans le pôle "tous les moyens pour la recherche clinique ont été regroupés au sein d’une unité".

fb/san/APM polsan


le site APM

L’institut de thorax vu par le réseau-CHU :http://web.reseau-chu.org/articleview.do?id=487&mode=2

L’Institut du Thorax



Mentions légales - Nous contacter - SPIP-Epona sous licence GPL

EPI’GEST

le site des personnels non médicaux de recherche clinique et épidémiologique à l’hôpital